Balade nature & culture | Les secrets de la carrière de “marbre”

Une balade racontée où nous vous invitons à (re)voir cette carrière avec un nouveau regard. Découvrez non seulement quel fut l’utilisation de ce “marbre” précieux, mais aussi ce que nous raconte cette roche de l’histoire de notre région et de Sainte-Victoire à travers les temps géologiques… avec toujours autant de plaisir de se promener.

Description

Sainte-Victoire, plus de culture en plein air

S’émerveiller, se cultiver et prendre le temps. Une balade racontée au pied de la montagne Sainte-Victoire qui allie nature et culture en toute convivialité. Çà vous dit ?
Nous vous invitons à (re)voir cette carrière avec un autre regard, accompagné de spécialistes. Car outre l’utilisation de ce “marbre” précieux, nous vous parlerons aussi de ce que nous raconte cette roche sur l’histoire de notre région et de la montagne. Avec toujours autant de plaisir de se promener.
En somme, plus qu’une balade racontée, c’est un moment de vie et de partage que nous vous proposons de suivre.

Marbre du Tholonet, marbre couronné !

C’est avec Louis XIV et la mise en place d’une nouvelle politique royale vers 1664 que se fit sentir la volonté de mettre à l’honneur les marbres français.
Les carrières de marbre du Tholonet, inexploitées aujourd’hui, sont ouvertes par Tarlé et le marquis de Galiffet en 1712. Plusieurs fronts de taille sont disséminés le long de la « crête du marbre ». Celle-ci recèle aussi les carrières de Beaurecueil, ouvertes par le marquis de ce nom en 1737, au lieu-dit Roques hautes. À Versailles, on l’utilise à une époque où le marbre n’est plus de mise pour les parements muraux ou pour les sols. Aussi, on le retrouve sur les cheminées et de très nombreux dessus de meubles, tables, consoles, secrétaires ou commodes.

Mais est-ce vraiment du marbre ?

Un pierre multicolore et luisante, utilisée comme parement ou pour le mobilier, « le marbre du Tholonet » est assurément une pierre de prestige.

Pour les carriers, la réponse est oui : le marbre est une roche qui brille lorsqu’on la poli. Mais pour les géologues, il s’agit d’une brèche. C’est un agglomérat de galets et de sable issus de l’érosion d’un relief, à savoir les prémices de la montagne Sainte Victoire. D’ailleurs, la ressemblance de ce marbre avec une variété romaine antique permit un temps de les nommer « Brèche d’Alep ». Une appellation plus exotique et plus vendeur, mais aussi plus géologique. Et ça, ce n’est qu’une partie infime de son histoire !