Visite guidée | Puyloubier et ses vins

Nous vous emmenons dans les ruelles de l’ancien bourg médiéval de Puyloubier. Ces terres appartenaient au Vicomte de Marseille avant d’être cédées aux moines défricheurs de l’abbaye de Saint-Victor. Ils y cultivèrent la vigne et leur vin arriva même aux lèvres du Roi René. En effet, celui-ci disait : « Je ne boirai nul autre vin que le rosé de Puyloubier ».

 

Description

La visite de Puyloubier, village au charme médiéval

Le village de Puyloubier s’organise autour de son castrum et de son église romane, lieu incontournable de la visite. Comme à Fuveau, les vestiges des anciens remparts sont d’ailleurs toujours visibles. La culture oléicole fait aussi partie du village et vous aurez l’opportunité de visiter l’ancien moulin à huile du XVII° où sont conservés les éléments de la fabrication de l’huile d’olive (meules, chapelle de presse, scourtins, mur de force,etc.).

Enfin, au XXe siècle, Puyloubier va obtenir le prix du « village moderne ». Son maire va effectivement amener le confort des villes à Puyloubier. Eau, fée-électricité… Une petite révolution pour ce village qui devient alors un modèle à suivre.

Les vignerons de Puyloubier

Depuis longtemps, les vignes sont présentes et sont choyées par un bon nombre de familles du village. La cave des vignerons du Mont Sainte-Victoire à Puyloubier est donc logiquement le premier producteur de vin rosé AOC côtes-du-Rhône appellation Sainte-Victoire avec une production d’environ 50 000 hectolitres par an. Secrets d’ici vous invite à découvrir ce lieu incontournable pour tous les amateurs de rosés et de vins en général  lors d’une dégustation !*

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

1000 merveilles au bord de Sainte-Victoire…

À moins d’un mètre d’une rangée de platanes. Une fontaine lippé par les cigales. Une cité fortifiée. On peut alors toutes les embrasser du regard. Au bal masqué des paysages, vous tomberez sur un carnaval de couleurs en venant aujourd’hui dans ce recoin magique de Sainte-Victoire. Vous vous approcherez du village, par les chemins en terre qui galopent au milieu des vignes émeraude tels des chevaux souriant à la vie. S’approcher et faire la visite de Puyloubier, c’est se saisir à bras le corps de cette sensation de liberté. Il surgit alors au loin. Apparaît devant vous comme si un privilège vous était donné : le Puyloubier déconfiné, en train de confir au soleil du matin, rosir ses murs pastels. Comme si de rien n’était.

Cette cité fortifiée, hors du temps, pelotonnée sur les galbes de moins en moins élevées de Sainte Victoire, impressionne par son… humilité. Des hauteurs juste assez confortables encore pour faire de Puyloubier, un village à la fois stratégiquement placé, timoré et douillet. Vous aurez pris alors rendez-vous avec nous, Mylène, Arthur ou Jérôme, guides conférenciers à Secrets d’Ici, qui proposent des visites étincelantes et riches en histoire, dans ce recoin douillet de Provence. Au bord de Sainte Victoire. Oui au bord. Aux confins. Là bas, au loin. Car c’est merveilleux le « là bas au loin ». C’est en effet source de légendes, de récits truffés d’époque fruitée comme un bon vin. On peut imaginer ce qui s’y cache. Les mystères. Les ravissements.Puyloubier, cela tombe bien, c’est tout cela à la fois.

Point de départ à la mairie, tourné ainsi vers les flancs de nacre de la muse de Paul Cezanne. En une heure et demie, on va poudrer votre esprit d’histoires, d’anecdotes d’hier, avec pour chevalet, le Puyloubier d’aujourd’hui. Et on vous convie vivement à vous offrir ce privilège aussi. En effet, c’est une expérience unique même pour les provençaux de souche.

L’eau delà des époques…

Tout au long de la visite, vous serez littéralement fasciné par le pouvoir envoûtant de… l’eau. Elle se niche alors dans les fontaines, ruisselle, cavalcade, goutte, se trémousse sur les lierres, et tord le cou à une légende selon laquelle la Provence serait aride. Ici, le désert se compte en verdure. Les oasis de tilleuls embaument les pupilles. Depuis plusieurs siècles, la municipalité s’est démenée pour alimenter en source d’eaux claires, la population viticole du bourg. Oui car l’eau ici se mue aussi en vin. Trois lettres aussi. Les raisins ont de tout temps crawlé dans les seaux, cuves, bouteilles. Puyloubier est même le plus grand vignoble du département, producteur de vins AOC Côtes de « Provence- Sainte-Victoire ».

Quand l’eau vire au rosé ou au rouge, il n’est pas rare aussi que les olives rentrent aussi en scène pour verdir la coupe. Les huiles d’olive ont longtemps pris leurs quartiers d’été dans le village. Jusqu’en 1956 et l’arrêt des oliveraies. On vous fait d’ailleurs découvrir un curieux musée-bibliothèque-ancien moulin à huile, que vous aurez la chance de découvrir si une visite vous tente auprès de ses mots et ses histoires. Musée – Bibliotèque – Ancien moulin à huile. Oui on vous le répète pour une simple et bonne raison : se rendre compte que la culture peut être à la fois histoire, lecture et culinaire.
Ce bourg fourmille décidément de bonnes idées. Et même le mot bourg lui même fourmille de souvenirs. Comme on aime ce mot. Il résonne comme un sentiment d’antan, et ici, le sépia d’hier s’est mué en reflets de menthe à chaque tonnelle. La brise vient, à 340 mètres d’altitude, rafraîchir tout ce tissu d’histoire. Les passants papotent à distance, les yeux rieurs sous leur masque éphémère. Ils s’en comptent des milliers d’histoire ici. Du quotidien. Mais pas que. Se conter des histoires ne suffit pas ici. Les prises de hauteur comptent aussi.

Vous nous suivez ? On poursuit alors la virée en grimpant en douceur…

Récompense visuelle

On s’aventure enfin vers les hauteurs. Et là, l’eau tire sa révérence pour une autre des particularités de Puyloubier. La perspective. Tout est bien cadré. Propret mais pas dénué de charme. Même les chats qui nous font face ne sont pas sur le qui-vive. Ils sont reposants. Reposés. À l’ombre de l’Église romane Sainte-Marie, récemment restaurée. Pendant votre visite d’ailleurs, elle s’ouvrira rien que pour vous. Pour la petite anecdote, l’église a joué divers rôles au fil des siècles, même en servant à l’occasion de cinéma ! Ali Baba et les 40 voleurs y a été projeté il y a une bonne cinquantaine d’années ! Retour au dehors. Face aux félins tout sauf perturbés. Ils font le dos rond comme les genêts qui mènent vers un panorama sublime. Vers le fort, les remparts. Comme quoi… La discrétion paye. Et le belvédère émerveille.

Debout aux premières loges, la Vallée de l’Arc se tachette comme un chevalet de verdure bleuté. Au loin, le Mont Olympe et le Massif de la Sainte-Baume lézardent au soleil blanc. Sainte-Victoire elle, derrière nous, joue la carte solitaire. Une solitude bien généreuse car elle nous laisse voguer à d’autres points de vue. Vers le Var là-bas. Vers le Pays d’Aix à l’Ouest. Enfin, Puyloubier multiplie les récompenses et se placent même sur bien des podiums.

Y’a comme un loup ?

Podium Luperium. C’est son nom de scène. Ou plutôt son matricule historique. En bon français, nous pouvons traduire « La Colline des Loups ». Les blasons qui égrainent les murs ne manquent pas de nous le faire remarquer. Ici, les blasons sont chapeautés de 3 tours. Pour la petite histoire, le nombre de tours (de un à cinq) racontent la puissance d’une localité à l’époque médiévale. Ainsi, trois tours pour Puyloubier, un très joli score pour une cité qui sait se faire parfois oublier pour mieux perdurer dans le temps.

On va vous faire une confidence, pendant toute la visite, on ne croise aucun loup (normalement). Pas même une galère. Ni même un sentiment d’inquiétude. Le seul loup peut être, allez, on vous l’avoue, c’est de se demander comment d’aussi belles rues peuvent vivre autant dans une même cité. Sans que personne ne vous en est soufflé mot.

On repart, de fait, des rêves plein la tête. Avec une nouvelle preuve tangible : celle qui fait dire que l’aventure peut se nicher partout en Provence, même à deux pas de chez soi.
Laissez-vous conter Puyloubier. Laissez Puyloubier croiser votre chemin.

 

On en parle

Podcast de l’émission « Racontez-nous » sur France Bleu Provence consacrée à l’histoire et au patrimoine de Puyloubier.

Informations complémentaires

Durée :

Environ 2 heures.

Départ :

Devant la Mairie, Square Casanova, 13114 Puyloubier.

Difficulté :

modérée, c’est un village en hauteur, il y a quelques marches d’escaliers.
Prévoir des chaussures confortables et de l’eau.

Accès & parking :

– Prendre la D17 au départ d’Aix en Provence direction le Tholonet, Puyloubier.

– Sortie 32 sur l’A8, prendre la D7N direction Châteauneuf-le-Rouge, Rousset et enfin Puyloubier.

– En bus : Ligne L110 au départ d’Aix-en-Provence

Parking gratuit à proximité : l’Esplanade des Vertus derrière la cave coopérative et en contrebas de la Mairie.

Visite publique

Le tarif  de la visite publique « Puyloubier, village médiéval et ses vins » est de 6.5€ par personne. Gratuit pour les – de 7 ans.

Vente de billets en ligne

Réservation - Privatisation